Développement de votre entreprise

Services à la personne et aux entreprises : et si vous vous lanciez ?

De plus en plus évoqué dans le milieu de l’entrepreneuriat, le secteur des services recèle un potentiel important dont vous pourriez profiter.

Les services sont au cœur de notre vie quotidienne. Consommateurs, producteurs, entreprises, administrations, nous avons tous recours aux services.
Cependant, trouver une idée de business pour lancer son entreprise en la matière peut se révéler un sacré défi. Paradoxalement, les concepts les plus simples sont souvent les meilleurs. Il suffit parfois d’écouter son entourage se plaindre d’un service mal adapté ou inexistant pour flairer l’opportunité. En témoigne l’essor des services à la personne, encore appelés services de proximité, qui englobent les services à domicile (services domestiques, amélioration du cadre de vie, chargé de courses, etc.), les services rendus aux salariés sur leur lieu de travail ou sur un périmètre restreint de proximité. Les services aux entreprises connaissent également une formidable envolée : conseil et assistance, sécurité, nettoyage, informatique, etc.
Il faut surtout savoir flairer le bon filon. Il faut parfois parier sur un phénomène qui commence à un point précis de la planète avant qu’il ne fasse fureur partout dans le monde. L’exemple de la plateforme communautaire de service Air BnB qui offre des locations et des réservations de logements de particuliers dans près de 190 pays en est une parfaite illustration. Fondée en 2008 à San Francisco par les américains Brian Chesky et Joe Gebbia, leur site Internet contient en 2015 plus de 1,5 million d’annonces dans 34 000 villes et 192 pays. Et leur potentiel de développement et d’expansion, notamment en Afrique, est encore très grand. Il faut savoir miser sur un secteur en plein développement tel que par exemple l’internet mobile, le transfert d’argent par mobile, les objets connectés, l’économie de partage, les recherches de gains et d’économie de temps, d’argent, d’énergie, etc.
A l’origine de ce phénomène de l’essor du service : la consécration de l’épanouissement personnel et professionnel pour tous, l’accroissement de l’activité des femmes, la multiplication des familles monoparentales. Au niveau des entreprises et des administrations, les tendances sont à l’externalisation des activités qui ne font pas partie du cœur de métier pour réduire les coûts et se recentrer. Résultat : les services de proximité aux entreprises sont en plein essor.

Comment trouver la bonne idée ?

Autour de nous, les priorités des gens évoluent. Ils aspirent à plus de liberté, plus de plaisir, plus de facilités, plus de gain de temps. Observez le quotidien et ses dysfonctionnements, surfez sur Internet, épluchez les études sociologiques et les rapports de certaines institutions et observatoires. Inspirez-vous d’exemples étrangers, transposez un métier ou un service à une cible particulière, ou encore profitez des évolutions de la règlementation. Mais le plus souvent, c’est dans leur vie professionnelle et personnelle que les créateurs identifient des besoins latents. Attention toutefois, si certains domaines sont accessibles aux autodidactes, d’autres nécessitent des diplômes et des qualifications. Mieux vaut donc se renseigner.

Compétences techniques et sens du contact exigés

Mais qu’on se le dise : le service est un état d’esprit qui requiert au-delà des compétences techniques, une implication forte et d’importantes qualités relationnelles (disponibilité, adaptabilité, initiative, etc.)
Cet enjeu de l’état d’esprit peut se révéler être un véritable défi pour certaines personnes issues de certaines cultures en Afrique. En effet, l’histoire et l’éducation de certaines personnes font que leur paradigme identitaire n’intègre pas suffisamment l’écoute, l’altérité, l’empathie, la disponibilité, l’adaptabilité, etc. Ces insuffisances au niveau du savoir-être finissent par déteindre sur la qualité de leur savoir-faire.
L’autre enjeu est celui du modèle économique. « Les entreprises de service continuent d’être appréhendées à partir d’un modèle construit sur la base de l’économie industrielle et transposé aux services sans même être adapté », constate un professionnel du secteur. Or ces entreprises présentent des caractéristiques commune que nombre d’entrepreneurs occultent. Les marges peuvent paraître faibles au premier abord, et il reste parfois difficile d’augmenter la facturation des prestations. Le potentiel de profit est pourtant bien réel et peu exploité. Historiquement développé de gré à gré, entre membres d’une même famille, proches ou association, la marchandisation des services à la personne ou aux entreprises suscite encore des réticences. Pour de nombreux auto-entrepreneurs qui se lancent, les obstacles sont souvent mésestimés. En cause, le manque de professionnalisme, de planification et une communication déficiente. L’échec le plus courant, c’est le cas du chômeur qui se lance dans le service à la personne parce qu’il a des connaissances en informatique, mais n’a pas l’expérience du métier, ni de l’entrepreneuriat. La maîtrise de la dimension spécifique de la relation-client est également un facteur d’échec pour de nombreux entrepreneurs.
Pour tirer son épingle du jeu, les entrepreneurs doivent aussi accorder une grande importance à leur communication. Générer de la confiance et rassurer sont les maîtres mots de la communication du service à la personne.
Viennent ensuite s’ajouter les insuffisances, voire les fautes de management. Il est courant de voir des entrepreneurs confondre le bénéfice et le capital. Structurer l’offre, évaluer les moyens nécessaires au développement de l’activité sont des étapes incontournables. Mieux vaut se faire accompagner par des professionnels.

Qui peut se lancer ?

Tout le monde ou presque. Principalement, les personnes au chômage, les personnes en transition professionnelle, les retraités qui veulent demeurer actifs. Il existe un réel intérêt à capitaliser tant au niveau de ses compétences que de son réseau relationnel. Des formations et des accompagnements spécifiques existent et peuvent vous aider à élargir et structurer vos perspectives. De plus en plus se développent également en Afrique des dispositifs particuliers de financement et de sécurisation juridique tels que les organismes de micro-financement et le statut de l’entreprenant prévu par les dispositions de l’OHADA. Décidez-vous ! Il y a certainement dans votre environnement plus ou moins immédiat des besoins exprimés qui n’attendent que d’être satisfaits et de vous rendre riches.

By Synsores DJAKPO,
Business Developer

fr_FR